NEWSLETTER

Recevoir la newsletter par email



 

Retour à la liste





PITOU (Louis-Ange)

Le Chanteur parisien. Recueil des chansons de L. A. Pitou.Avec un Almanach-Tablette des grands évènements depuis 1787 jusqu'à 1808, chaque fait placé à son rang de date et de jour, ou Calendrier éphéméride pour l'année 1808.

Paris, L. A. Pitou, de l'Imprimerie des Frères Mame, 1808.

In-16, XVI-88 pp., (10)-VIII-137 pp. Reliure demi basane époque, dos lisse orné de filets, tranches marbrées.

Grand-Carteret 1537. Dans une préface intitulée : "Comment je m'étais fait chanteur", Pitou donne d'intéressants détails sur ses chansons et sur sa vie, de 1795 à 1797. "Si mon retour fait croire aux revenants (il avait été déporté à Cayenne), c'est que je suis revenu d'un autre monde avec la même gaieté que j'avais avant mon départ. Comme l'originalité est mon lot, je me suis établi libraire...Du seuil de ma porte je vois l'ancien théâtre en plein air ou j'ai chanté..." Ce recueil se compose des anciens vaudevilles de Pitou, des romances de son exil, de chansons érotiques et critiques des anciens et des modernes, suivis de l'Amanach-Tablettes ou calendrier éphéméride pour 1808. Pitou donnera une seconde édition pour l'année 1809. Louis-Ange Pitou (1767-1842), célèbre chansonnier royaliste, chantre de Marie-Antoinette, agent royaliste, arrêté sous la Terreur, déporté à Cayenne, revenu en France à la suite du 18 Brumaire. Pitou n'aura de cesse que d'écrire et dénoncer ses propres malheurs et persécutions. La Restauration parut fort peu pressée de reconnaître Pitou. Il fallut que Pitou rappelât ou plutôt qu'il avançât qu'il avait fait à la royauté par ses chansons plus de 50.000 prosélytes et dépensé pour la cause 260.000 francs que ses chansons lui avaient rapportés, pour qu'il pût obtenir de Louis XVIII une malheureuse pension de 1500 francs littéralement arrachée.



100 €




Contacter le libraire
pour plus d'information



SUR LE MÊME THÈME