NEWSLETTER

Recevoir la newsletter par email



 

Retour à la liste





Le jeu de l'Hombre, comme on le joue présentement à la cour et à Paris. Avec les Pertintailles.Enrichy de cartes figurées, qui representent les jeux qui se jouent. Septiéme edition.

Paris, Jean Geoffroi Nion, 1713.

2 textes reliés en 1 volume in-12, 6 ff., 167 pp.; (7) ff., 33 pp. Reliure plein veau époque, dos à nerfs orné, pièce de titre rouge.

La première édition de ce texte est de 1674, l'auteur en serait le chevalier Antoine Gombaud de Méré. On trouve relié à la suite un second texte : -Decisions nouvelles sur les difficultez et incidens du jeu de l'Hombre. Paris, Michel David, 1713. Il faut attendre le XVIe siècle pour que l'on rencontre les premiers jeux de levées (ou plis). La Triomphe, le Ruff, les Honneurs et l'Hombre, utilisent tous, ce que l'on appelle aujourd'hui un atout. L'Hombre est un jeu de cartes venu d'Espagne au XVIe siècle, ancêtre du whist et du bridge, qui se jouait avec quarante cartes, le plus souvent à trois joueurs, mais aussi à quatre ou à cinq, et fondé sur l'alliance de deux ou plusieurs joueurs ligués contre un seul, l'hombre, c'est-à-dire l'adversaire. Il fut introduit en France sous Henri IV ; aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'Hombre est très en vogue dans les milieux élégants. l'auteur dramatique Rotrou, gagna un jour 400 louis à l'Hombre et confia à Corneille un sac dans lequel il avait enfoui l'argent. Corneille ne put résister, joua et perdit les 400 louis. Il redonna le sac vide avec un billet : « Vous n'avez pas l'ombre d'une chance ». En 1736, après l'interdiction par la police d'un autre jeu « le Pharaon », l'Hombre devint un jeu d'argent très prisé. (une coiffe restaurée).



200 €




Contacter le libraire
pour plus d'information



SUR LE MÊME THÈME