NEWSLETTER

Recevoir la newsletter par email



 

Retour à la liste





POISSON (Siméon-Denis)

Traité de mécanique.

Paris, Vve Courcier, 1811,

2 volumes In-8, XXVIII-(2)-507 pp., 5 planches gravées dépliantes; XXVIII-(2)-500 pp., 3 planches gravées dépliantes.

Reliure pleine basane brune époque, dos lisse orné de filets et fleurons, dentelle dorée en encadrement sur les plats, fer du Collège royal de Saint-Louis aux centres des plats supérieurs, tranches marbrées.(des coins émoussés). Édition originale du grand traité de mécanique de Poisson. (catalogue bibliothèque Ecole des Ponts et Chaussées, 50) Siméon-Denis Poisson (1781-1840), après avoir renoncé à une carrière médicale, étudie à l'Ecole Centrale de Fontainebleau, puis il réussit (en première position!) le concours d'entrée à l'Ecole Polytechnique en 1798. Etudiant brillant, dès 1800, il écrit deux mémoires importants, l'un sur la méthode d'élimination de Bézout, l'autre sur les équations aux différences finies. Ils sont si bons que le second est publié dans le Recueil des savants étrangers, ce qui constitue un honneur exceptionnel pour un homme aussi jeune, et qu'il devient dès son diplome obtenu répétiteur à l'Ecole Polytechnique, sous la recommandation de Laplace. Il accèdera rapidement au statut de professeur suppléant en 1802, puis complet en 1806, en remplacement de Fourier. Les travaux de Poisson sont nombreux et touchent surtout aux mathématiques appliquées. Pour les aspects plus orientés vers la physique, on lui doit les lois de l'électrostatique, et une définition de l'électricité comme un fluide où les éléments semblables se repoussent et les éléments contraires s'attirent. Pour les aspects plus orientés vers les mathématiques, il est à l'origine de travaux sur les séries de Fourier qui préfigurent ceux de Dirichlet. Dans son Traité de mécanique qui fut longtemps l’ouvrage de référence, il introduisit de nombreuses innovations, comme une utilisation explicite de coordonnées liées à l’impulsion qui influencèrent les travaux de William Hamilton et Carl Jacobi. En 1815, Poisson mena des intégrations le long des chemins d’un plan complexe. En 1831, indépendamment d’Henri Navier, il dériva les équations de Navier-Stokes.



380 €




Contacter le libraire
pour plus d'information



SUR LE MÊME THÈME