NEWSLETTER

Recevoir la newsletter par email



 

Retour à la liste





CARRE DE MONTGERON (Louis-Basile)

La Vérité des miracles opérés à l'intercession de M. de Pâris, démontrée contre M. l'Archevêque de Sens.

Utrecht, Chez les Libraires de la Compagnie, 1737,

Fort volume In-4, à pagination diverse : (3) ff., XXVIII, 32, 4, 63, 79, 52, 74, 56, 44, 52, 32, 28, XXXVIII, XXX, LVI, XXVII, XVIII, XXVIII, XX pp., 1 feuillet "fautes à corriger"; vignette de titre gravée, frontispice et 10 planches doubles gravées et montées sur onglets.

Reliure plein veau époque, dos à ners orné. Reliure aux armes de Jean-Jacques Amelot de Chaillou.(mors fendus, coiffes absentes, coins usés, papier bruni). Ouvrage illustré d'un frontispice représentant le diacre François de Paris en prière agenouillé devant son crucifix, et 10 planches doubles gravées, montées sur onglets, contenant une belle vue de la foule sur le tombeau du diacre Pâris et 19 sujets dont plusieurs scènes de convulsionnaires. Planches gravées par Pieter Yver (1712-1787, élève de Bernard Picart) dont on trouve la signature sur quelques-unes des gravures, d'après l'oeuvre de Jean Restout. En 1727 mourait après une vie d'âpre austérité, de travail et de charité, le diacre François de Pâris (né en 1690), en odeur de sainteté auprès des pauvres du faubourg Saint-Antoine. Aussitôt des miracles ont lieu sur sa tombe dans le petit cimétière Saint-Médard, puis des convulsions accompagnent des guérisons miraculeuses. Un janséniste ne saurait faire de miracles. Le pouvoir royal ordonne la fermeture du cimetière et le public ironise "De par le roi, défense à Dieu, de faire des miracles en ce lieu". "L'oeuvre" des convulsionnaires se poursuit donc dans la clandestinité. Les manfestations corporelles deviennent de plus en plus importantes et spectaculaires. Des femmes de milieu modeste sont les héroïnes de ces séances. Le phénomène convulsionnaire correspond à un déclin d'influence du jansénisme, par la reprise en main efficace du cardinal Fleury, les appelants perdent progressivement toutes les figures de proue du mouvement, la bulle Unigenitus devient loi d'Etat,... (M. Cottret). L'ouvrage relate en détail les miracles et guérisons opérés sur les convulsionnaires de Saint-Médard; suit une partie intitulée "Conséquences qu'on doit tirer des miracles avec la réponse aux objections qu'on y oppose", puis de très nombreuses pièces justificatives. Basile Carré de Montgeron (1686-1754), fervent défenseur du jansénisme et des convulsionnaires, dès la publication de son livre, est aussitôt embastillé puis exilé près d'Avignon pour le reste de ses jours par ordre du cardinal Fleury. L'ouvrage est condamné à la destruction. Reliure aux armes de Jean-Jacques Amelot de Chaillou (1689-1749), intendant de La Rochelle, intendant des finances, conseiller d'Etat, ministre et secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, surintendant général des postes,..., membre de l'Académie française. O.H.R. 1247.



500 €




Contacter le libraire
pour plus d'information



SUR LE MÊME THÈME