NEWSLETTER

Recevoir la newsletter par email



 

Retour à la liste





MOLE (Louis-Mathieu, Comte)

Très belle et touchante Lettre Autographe Signé à Louise (Louise Greffulhe, épouse du comte de Castellane, sa maîtresse ?) dans laquelle le ministre exprime ses remerciements des condoléances reçues et toute la douleur devant le décès de son épouse (Caroline-Joséphine de La Live, 1781-1845).

Paris,, (1845).

In-8, 27 lignes. Lettre de deuil encadrée d'un filet noir.

Le comte Molé fut ministre de la Justice sous le Premier Empire. Dans cette lettre à une correspondante, Louise (peut-être Louise Cordélia Eucharis Greffulhe, épouse du comte de Castellane, sa maîtresse), il exprime la douleur de son deuil lors du décès de son épouse. Bien que son nom ne soit pas cité, le deuil étant si intime, il ne peut s’agir que de son épouse. «... Hélas on ne mesure pas le chagrin, je suis là pour vous en fournir la preuve. Mais je puis prouver aussi qu’il y a des douleurs que ne font que pénétrer davantage chaque jour dans toute l’étendue de l’existence et dont l’amertume ne fait que s’accroitre jusqu’au tombeau. Ma Clothilde (sa première fille) pour laquelle j’ai tremblé en la voyant si malheureuse a mieux résisté que je n’aurai su l’espérer. Mon autre Clothilde (sa petite fille) ma pauvre petite fille se porte bien, mais elle n’est pas forte et jamais mon regard ne s’arrêtera sur elle sans que je demande à Dieu s’il ne m’a pas condamné encore à lui survivre... Adieu ma chère Louise, laissez vous répéter encore combien j’ai été touché de vous trouver si sympathique à ma douleur et recevez avec tout l’hommage de mon tendre et respectueux dévouement.



120 €




Contacter le libraire
pour plus d'information



SUR LE MÊME THÈME